Reconstruction du clocher foudroyé

Date : dernière mise à jour : 16/10/2020

Reprise du chantier
 





Mercredi 15 octobre
: les travaux de rénovation progressent en particulier concernant le remontage de la flèche par l'entreprise SELE.

En effet, 20 assises sont déjà remontées. Il en reste 10 assises avant d'installer la croix.
Actuellement, l'entreprise est en train de restaurer les abris sons avec des ardoises locales.






 


Mercredi 22 juillet 2020 : 2ème réunion de travail pour faire le point sur l'avancement des travaux.
Depuis une semaine l'échafaudage est en place.
L'entreprise SELE repère désormais les pierres cassées, les pierres à récupérer, et les pierres à changer.
Un gros travail sur l'octogone est réalisé (croquis, relevés, mesures ect...) ainsi que sur les balustrades et les assises. Chaque assise est réformée à même le sol pour refaire à l'identique les 11 à 12 assises à rebâtir. Ce travail sera effectué pendant le mois d'août comme la taille des pierres.




Mardi 30 juin 2020, une première réunion de travail concernant la restauration de notre église fut réalisée avec l'ensemble des acteurs.
Alexis Mouret (Maire de Saint-Amans-Soult) et les élus ont ainsi pu faire le point avec Monsieur Rebière (Architecte) ainsi que les Entreprises SELE (Pierre de Taille), RODRIGUES BIZEUL (Charpente - Couverture), WAROUDE (Électricité) et la SOCOTEC (Contrôle).
La mise en place de l'échafaudage en cours de réalisation durera jusqu'au 15 juillet prochain. Les travaux de calepinage, tri des pierres, dureront 15 jours.
Le démarrage de la taille des pierres débuterait début août. La reconstruction de la flèche et de la balustrade en pierre du clocher devrait être montée d'ici la fin de l'année pour une durée totale des travaux (extérieur et intérieur) estimée à 14 mois.

 

Travaux 4ème épisode :

Le clocher de l’église serait-il refait en bois ? Et non ! Depuis un mois, malgré les conditions climatiques franchement hivernales, les maçons FIOR et GAU, et leurs hommes, ont étayé avec du bois l’extérieur et l’intérieur le clocher. Toujours en vue de soutenir l’édifice foudroyé le 9 octobre dernier… et préparer les travaux à venir.
Ce qui se voit : c’est l’étayage extérieur. Au moyen de poutres et de sangles, il s’agit de resserrer l’édifice qui a bougé avec la foudre. Le mât trônant au faîte de l’église servira de point d’ancrage des ouvriers pour descendre les pierres, le faîte de l’église n’étant pas accessible par le monte-charge.
Ce qui ne se voit pas : c’est l’étayage intérieur. Quatre paliers en bois ont été construits à l’intérieur du clocher. Pour que rien ne pèse sur le clocher mais sur les côtés. Ces planchers servent autant d’étaiement que de plateforme de travail. Peut-être même seront-ils pérenne pour faciliter l’accessibilité du clocher ?
En accord avec l’architecte des bâtiments de France, les prochaines étapes devraient être : la numérotation des pierres, la dépose des pierres – environ 3 mètres de pierres vont être enlevées, les plus lourdes pesant 120kgs -, le tri des pierres déjà descendues et la taille des pierres manquantes.


Lancement de la souscription pour l'église !
C’est possible dès à présent en remplissant un bon de souscription à la Fondation du Patrimoine suite à une convention signée par la municipalité de Saint-Amans-Soult avec eux.
Les dons ainsi récoltés seront reversés à notre commune afin de payer une partie des travaux. En effet, l’assurance prend en charge tous les travaux du clocher, mais la souscription permettra de financer le réseau électrique de l’église, l’électrification des cloches et de l’horloge ainsi que les travaux autour de la sacristie qui ont subi des dégâts collatéraux de la foudre. Ceci n’est pas pris en charge par l’assurance pour cause de vétusté.
 
Possibilité de remplir le bulletin de souscription en mairie, de le télécharger ci-dessous ou sur le site de la Fondation du Patrimoine www.fondation-patrimoine.org/60159). Celle-ci est reconnue d’utilité publique, ainsi votre don ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 66% du don.
 

Travaux : 3ème épisode

11 tonnes de pièces métalliques pour faire le tour du clocher de l’église de Saint-Amans-Soult : c’est ce qu’il aura fallu à la société SGB-Brand pour installer un échafaudage, que l’on dirait suspendu entre terre et ciel autour du clocher. Par mille prouesses aériennes, malgré le vent glacial et la pluie, les ouvriers devaient finir l’assemblage ce vendredi 14 décembre.
Pour faire cet échafaudage suspendu, il a fallu monter les pièces grâce au monte-charge. Et tisser une véritable toile d’araignée métallique, un « embasage de soutènement » dans le jargon, au-dessus du beffroi, dans le clocher. Un abat-son a été sacrifié pour permettre aux ouvriers du chantier d’aller et venir avec les pièces d’échafaudage.
En amont, les maçons Fior et Gau ont « emballé » solidement les cloches. Les pierres ont aussi toutes été descendues sur la croisée de voûte. 80% des ardoises ont pu être sauvées. Une tour d’étaiement a été réalisée.
 

Travaux : 2ème épisode

Depuis le passage spectaculaire de la grue de 38m, les maçons ne sont pas restés les bras ballants. La coursive a été renforcée par un ouvrage en bois.
Un échafaudage a été installé dans la sacristie, côté sud de l'église. Les pierres descellées continuent à être descendues, à l'ancienne, avec des sangles croisées. Elles pèsent en moyenne 100kgs ! L'énorme monte-charge n'est pas inutile dans cette opération !
Pour l'installer dans la sacristie, il a fallu consolider, étayer un mur de la sacristie fissuré, mettre des tirants, reprendre les arcs, faire des coffrages, étayer et couler une dalle de répartition des charges... et passer l’engin par-dessus les murs !
Les maçons ont aussi et surtout consolidé le beffroi, ensemble de poutres en bois supportant les cloches, fortement impacté par la foudre. Il reste encore énormément de pierres à sortir... et remonter ! A l'intérieur du clocher, les plateformes vont être remontées petit à petit.

Travaux : 1er épisode : ici


Mardi 9 octobre à 11h:

La foudre s’est abattue sur l’église de Saint-Amans-Soult, pulvérisant le haut du clocher. Partout à Saint-Amans, on a entendu qu’il se passait quelque chose. Aucun blessé n’a été à déplorer. Par mesure de sécurité, dix-neuf personnes ont été évacuées d’abord à l’EPHAD de Saint-Amans-Soult,  avant d’être relogées dans la famille ou chez des amis.
Malgré la pluie battante, un périmètre de sécurité a été dressé par la gendarmerie autour du secteur impacté. Une trentaine de pompiers étaient à pied d’œuvre pour dégager, étanchéifier et sécuriser les lieux. Après qu’un drone du Service départemental d’incendie et de secours ait survolé le haut du clocher mercredi, une nacelle a pu venir sur les lieux pour se rendre compte de l’état des dégâts. Deux entreprises de maçonnerie ont été aussi appelées par la municipalité pour effectuer les travaux d’urgence. Dès jeudi 11 octobre, la plupart des riverains ont pu regagner leurs foyers. Place maintenant aux expertises avant d’envisager les travaux.
Nous ferons tout pour que notre clocher soit reconstruit à l’identique en lien avec notre assureur Groupama. Sachez que cela va prendre du temps, beaucoup de temps et je remercie M. le Curé Gérard Guérin et le conseil paroissial pour leur étroite collaboration.
Bien sûr nous tenons aussi à remercier vivement les pompiers du Tarn, la gendarmerie, les entreprises, les employés municipaux, l’EHPAD-Résidence du Parc et tous ceux qui ont œuvré dans l’urgence. Que tous les riverains impactés par cette catastrophe naturelle trouvent ici notre gratitude pour leur patience et leur compréhension.
Merci à toutes et à tous.
Mobilisons nous pour reconstruire le clocher de Saint-Amans-Soult